Le salon international de l’Agriculture 2020 a ouvert ses portes le 22 fĂ©vrier dernier et se dĂ©roulera au parc des expositions de Paris jusqu’au 1er mars. Cet Ă©vĂ©nement trĂšs mĂ©diatisĂ© et prisĂ© par de nombreuses personnalitĂ©s politiques ou publiques, met Ă  l’honneur les produits agricoles et le savoir-faire paysan.  Un beau dĂ©cor, une piĂšce de thĂ©Ăątre fantastique, qui ravit petits et grands, mais derriĂšre les coulisses se cachent souvent un quotidien bien plus tragique!

Les agriculteurs, les Ă©leveurs, la main d’oeuvre paysanne ont en commun la passion et un mĂ©tier qui tient Ă  cƓur! Courage, patience, persĂ©vĂ©rance, il en faut pour gĂ©rer l’exploitation, la logistique et tous les alĂ©as du mĂ©tier, mais aujourd’hui s’ajoute Ă  cela, la pression du systĂšme sociĂ©tal, Ă©conomique et financier.

Le suicide paysan devient inquiĂ©tant et le phĂ©nomĂšne est mondialisĂ© (Inde, Europe, USA, Australie…). Plusieurs Ă©tudes scientifiques dĂ©noncent le stress, la prĂ©caritĂ© de ces professions et rĂ©vĂšlent aussi un taux de suicide dans le monde agricole plus Ă©levĂ©, que dans les autres secteurs d’activitĂ©. Pourtant cette triste rĂ©alitĂ©, malgrĂ© des statistiques alarmantes, reste peu prise en compte par les pouvoirs publiques et fait face Ă  une majoritĂ© silencieuse.

Moi, je suis en colĂšre contre ce systĂšme qui pousse Ă  l’irrĂ©parable et tellement indignĂ©e par ces discours « politico-politiciens », qui n’apportent rien d’Ă©quitable, aux personnes en situation de prĂ©caritĂ©! Le tĂ©moignage poignant de cette veuve, Camille Beaurain, qui a perdu son mari Ă©leveur de porcs, m’a bouleversĂ©e alors je partage. Elle en a fait un livre « Tu m’as laissĂ©e en vie: Suicide paysan, veuve Ă  24 ans ».

Pour aller plus loin: lire l’article https://www.lisez.com/auteur/camille-beaurain/142353

Cet article vous a été utile?

Cliquez sur l’étoile pour l'Ă©valuer!

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote: 2

Aucun vote pour le moment! Soyez le premier Ă  Ă©valuer cet article.

Vous aimez cet article? Partagez et suivez-nous 😉