L’intitulé de cet article doit sûrement vous donner une impression de « déjà vu », non? C’est normal, puisque que le slogan, « les antibiotiques, c’est pas automatique » a été largement diffusé dans les médias pour sensibiliser le grand public ! Pourtant, même si la formule semble familière, je ne suis pas sûre que vous pouvez répondre à la question du « Pourquoi des antibiotiques »?

Voici quelques éléments de réponse :

Les antibiotiques (anti=contre; bio=vie) sont des substances naturelles ou synthétiques capables de détruire ou de stopper la croissance des bactéries (êtres vivants microscopiques). On parle d’effet bactéricide lorsque l’antibiotique tue les bactéries ou d’effet bactériostatique lorsqu’il freine leur développement.

Il existe de nombreux antibiotiques présents dans la nature, fabriqués par des micro-organismes, des champignons ou d’autres bactéries (comme par exemple la pénicilline, toxine fabriquée par la moisissure du genre Penicillium).

L’action des antibiotiques est sélective et spécifique. En effet, l’antibiotique va se fixer à sa cible (cellule bactérienne) et va bloquer une étape essentielle de son développement (synthèse de la paroi, de l’ADN, de protéine…). Cela conduira à la mort de la cellule ou à l’arrêt de son développement.

Ce mécanisme de destruction ou de blocage est inefficace sur les virus (parasites nécessitant une cellule hôte pour vivre et se développer).

Les antibiotiques agissent donc, uniquement sur les maladies infectieuses d’origine bactérienne. Voilà pourquoi leur consommation ou leur prescription n’est pas obligatoire ou automatique, lors de l’apparition des symptômes d’une infection.

Les slogans « Les antiobiotiques, c’est pas automatique » ou « Les antiobiotiques, ils sont préccieux, utilisons mieux » sont destinés à responsabiliser le grand public, mais aussi les professionnels de santé, sur la surconsommation de ces médicaments. En effet, l’OMS donne des chiffres alarmants sur l’antibiorésistance et l’augmentation des cas de mortalité liés à la multi-résistance de germes infectieux (adaptation, mutation).

Même si l’usage généralisé des antibiotiques est une avancée thérapeutique importante du XXe siècle, qui a largement contribué à augmenter l’espérance de vie, leur usage abusif aujourd’hui, est un véritable fléau. En effet, la surconsommation des antibiotiques en traitement préventif, curatif ou en complément alimentaire dans l’alimentation animale, la médecine vétérinaire ou humaine,  augmente les risques d’infections nosocomiales dans les hôpitaux et les phénomènes d’antibiorésistance. Et je ne parle même pas des résidus que l’on retrouve dans les effluents ou les eaux de consommation.

Alors avant d’avoir recours aux antibiotiques (automédication à proscrire) ou d’en réclamer à votre médecin à la moindre petite toux, assurez-vous d’en avoir vraiment besoin.

Et comme dit ce vieil adage, il vaut mieux prévenir que guérir, alors pensez à ces petits gestes du quotidien qui permettent d’éviter les infections :

  • Lavez-vous les mains, des microbes en moins!
  • Préparez et conservez les aliments en respectant les mesures d’hygiène et les recommandations des fabricants.
  • Évitez l’automédication et respectez les prescriptions des spécialistes.
Vous aimez cet article? Partagez et suivez-nous 😉