L’étiquette est une mine d’informations qui protègent le consommateur !

Dans ce nouvel article, poursuivons l’exploration et le décodage des étiquettes alimentaires !

Petit rappel, l’étiquetage des denrées alimentaires est obligatoire et encadré par la loi. Un règlement européen RE 1169/2011 édicte les obligations des professionnels, en matière d’information sur les denrées et permet de garantir protection de la santé et des intérêts du consommateur.

La liste des mentions obligatoires prévues par le règlement comprend les informations suivantes :

  • La dénomination de la denrée
  • La liste des ingrédients 
  • La liste de toute substance pouvant provoquer des allergies ou des intolérances
  • La quantité nette de la denrée ou la quantité de certains ingrédients
  • La Date de Durabilité Minimale ou la Date Limite de Consommation
  • Les conditions particulières de conservation et/ou d’utilisation
  • Le mode  d’emploi si nécessaire
  • Le pays d’origine ou le lieu de provenance 
  • Le nom et l’adresse du fabricant ou de l’exploitant
  • La déclaration ou l’étiquetage nutritionnel
  • Le titre alcoométrique des boissons titrant à plus de 1,2% d’alcool

Toutes ces informations doivent être facilement visibles, clairement lisibles, loyales et permettre au consommateur de faire son achat sans l’induire en erreur.

Focus sur la liste des ingrédients :

La liste des ingrédients est une mention obligatoire et très réglementée!

Tous les ingrédients présents dans le produit fini, y compris les additifs alimentaires, doivent être énumérés, dans l’ordre décroissant de leur importance pondérale, au moment de leur mise en oeuvre dans la fabrication de la denrée. Autrement dit, les ingrédients doivent être listés, de la proportion la plus importante, à la moins importante. La liste des ingrédients doit être assortie ou précédée d’un intitulé, ou d’une mention appropriée comportant le terme « ingrédients ».

Une liste des ingrédients ou des constituants d’un ingrédient n’est pas requise pour les denrées suivantes :

  • Fruits et légumes frais (à condition qu’ils n’aient subi aucune transformation telle que l’épluchage, la découpe…);
  • Eaux gazéifiées (la dénomination indique la caractéristique);
  • Vinaigres de fermentation (à condition qu’ils proviennent d’un seul ingrédient de base, sans autre ajout);
  • Fromages, beurre, laits et crèmes fermentés (à condition qu’aucun ingrédient n’ait été rajouté hormis ceux nécessaires à leur fabrication);
  • Produits ne comportant qu’un seul ingrédient (à condition que la dénomination soit identique au nom de l’ingrédient, ou permette son identification sans confusion);
  • Auxiliaires technologiques (qui ne sont pas utilisés comme des additifs alimentaires);
  • Constituants soustraits temporairement en cours de process et réincorporés sans dépasser la teneur initiale.
  • Eau utilisée en cours de process de fabrication (reconstitution d’ingrédients déshydratés ou liquide de couverture).

Focus sur l’obligation d’information du consommateur sur la présence d’allergènes :

Les substances ou produits provoquant des allergies ou intolérances doivent être indiqués. Leur indication dans la liste d’ingrédients doit être mise en évidence par une impression claire et distincte  du restede la liste des ingrédients. En l’absence de liste des ingrédients, l’indication doit comporter le terme «contient» suivi du nom de la substance ou du produit allergène.

Il s’agit actuellement de la liste de substances et produits allergènes suivante :

  1. Céréales contenant du gluten, à savoir blé, seigle, orge, avoine ou leurs souches hybridées, et produits à base de ces céréales (exceptions: sirops de glucose, maltrodextrines, céréales des distillats alcooliques).
  2. Crustacés et produits à base de crustacés.
  3. Oeufs et produits à base d’oeufs.
  4. Poissons et produits à base de poissons (exception: gélatine de poisson).
  5. Arachides et produits à base d’arachides.
  6. Soja et produits à base de soja (exceptions: huile et graisse de soja entièrement raffinées, tocophérols mixtes naturels (E306),  autres dérivés naturels ou d’huile végétale de soja).
  7. Lait et produits à base de lait, y compris le lactose (exception: lactosérum utilisé pour la fabrication de distillats alcooliques & lactitol).
  8. Fruits à coque, à savoir : amandes, noisettes, noix, noix de cajou, noix de pécan, noix du Brésil , pistaches, noix de Macadamia ou du Queensland et produits à base de ces fruits (exceptions: fruits à coque utilisés pour la fabrication de distillats alcooliques).
  9. Céleri et produits à base de céleri ou dérivés.
  10. Moutarde et produits à base de moutarde.
  11. Graines de sésame et produits à base de graines de sésame.
  12. Anhydride sulfureux et sulfites en concentrations de plus de 10 mg/kg ou 10 mg/l en termes de SO2 total, pour les produits prêts à consommer ou reconstitués.
  13. Lupin et produits à base de lupin.
  14. Mollusques et produits à base de mollusques.

Je vous rassure, vous ne devez pas retenir cette liste par coeur, mais soyez vigilants et lisez attentivement les étiquettes. Sachez également qu’un effort est réalisé par les professionnels, notamment en restauration et en remise directe au consommateur, pour vous indiquer rapidement la présence de substances allergènes, avec des images ou des pictogrammes.

Voilà, pour cette fois, rendez-vous dans notre prochain sujet afin de poursuivre le décryptage!

Pour aller plus loin : RE 1169/2011 https://www.senat.fr/europe/textes_europeens/ue0120.pdf

Vous aimez cet article? Partagez et suivez-nous 😉